mardi 27 décembre 2011

Le végétarisme : une lutte antispéciste

L'ANTISPÉCISME. La raison même de la philosophie végan. La raison qui m'a convaincue de me lancer dans le végétarisme, après des années de dégoût face à la viande et de luttes écologique et humanitaire.

Alors, qu'est-ce que le spécisme?
Les cahiers antispécistes donnent la définition suivante :
« Le spécisme est à l'espèce ce que le racisme et le sexisme sont respectivement à la race et au sexe : la volonté de ne pas prendre en compte (ou de moins prendre en compte) les intérêts de certains au bénéfice d'autres, en prétextant des différences réelles ou imaginaires mais toujours dépourvues de lien logique avec ce qu'elles sont censées justifier.
En pratique, le spécisme est l'idéologie qui justifie et impose l'exploitation et l'utilisation des animaux par les humains de manières qui ne seraient pas acceptées si les victimes étaient humaines ».

À travers l'Histoire
Et si nous transposons cela sur l'histoire récente de l'humanité, nous constatons que :

Il y a 200 ans, l'esclavage était la norme. Les noirs, de par leur condition, devenaient des êtres « inférieurs » au service des maîtres. Ces esclaves travaillaient dur à labourer les champs après leur vente sur le marché (et après une sélection génétique et sexuelle).

Il y a 100 ans, le sexisme était la norme. Les femmes, de par leur condition, devenaient des êtres « sans âme », au service de leurs pères et de leurs époux. Elles se virent refuser le droit de voter et de choisir leur place dans la société. Les battre était considéré comme étant un choix personnel.

Il y a 90 ans, sous-estimé les enfants était la norme. Les bébés, de par leur condition, devenaient des êtres « sans pensée ni sentiment ». Les médecins les opéraient sans anesthésie, pensant que les nourrissons ne ressentaient pas la douleur.

Il y a 70 ans, le racisme était la norme. Les juifs, de par leur condition, devenaient des gens « sans foi ni loi ». Ils furent conduits aux camps de travail dans des trains de marchandises. Le corps de certains servi à fabriquer des savons, et d'autres subirent des expérimentations médicales. La Shoah fit plus de 5,1 millions de victimes juives. L'humanité dit alors « nous ne savions pas ».

Il y a 50 ans, l'homophobie était la norme. Les homosexuels, de par leur condition, devenaient des gens « sans morale ». Ils furent maltraités, railler, ridiculiser. On ne les comprenaient pas, et on les respectait encore moins.

De nos jours, le spécisme est la norme. Les animaux, de par leur condition, sont des êtres inférieurs, sans conscience, sans émotion, sans système de vie en commun, sans morale... L'humain les trie selon leur génétique, les vend sur le marché, les utilise pour labourer les champs, les soumette à leur volonté, les mange par choix personnel, les utilise pour expérimenter des cosmétiques ou des médicaments, les transporte et les laisse vivre entasser les uns sur les autres, s'en servent pour fabriquer leurs produits d'hygiène, les maltraite, les raille, les ridiculise, ne les comprend pas, ne les respecte pas (sauf s'ils sont mignons). Soixante milliards sont exterminés chaque année. L'humanité ne peut plus dire « nous ne savions pas ». 

Les contradictions
Bref, l'humain a compris l'horreur et l'immoralité derrière ses gestes. Pourtant, lorsqu'il s'agit des mêmes gestes faits envers les animaux, cela ne s'applique plus. Ainsi, il est courant de voir quelqu'un proférer, par exemple, un discours contre le racisme et la discrimination, un morceau de poulet à la main, sans que personne n'y voit d'incohérence... et pourtant, il s'agit d'une contradiction totale selon la logique la plus pure. Le même genre de contradictions qui permettent que l'on effectue des tests sur les animaux sous prétexte qu'ils sont comme nous, et qui refusent les critiques contre lesdits tests alléguant une différence fondamentale. Pire, la plupart des spécistes créent des échelles de valeurs des animaux. Ainsi, les animaux mignons sont supérieurs aux animaux moches. Il est moral de manger une vache, mais pas un chat. À noter que le sens de ce qui est moral de manger de non change selon les peuples. Ainsi, aux Indes, il est immoral de manger une vache, mais on peut manger du chat en Chine. Ce qui ajoute à l'incohérence de ce clivage entre les espèces. Il est barbare de chasser les bébés phoques, mais pas les orignaux. Il ne faut pas pêcher les baleines, mais on peut surpêcher le poisson jusqu'à l'extinction totale. Bref, toutes ces différences sont imaginaires et ne justifient rien qui n'est contredit par un autre geste.

Le mensonge et la vérité
S'agit-il d'hypocrisie? Oui et non. Car la plupart des gens ont été formatés par la société qui les entoure. Le langage est très révélateur du schisme entre les humains et les animaux. Les bons sont humains, les mauvais sont des porcs, des chiens, des vaches, des serpents... Chacun de son côté, et personne ne danse ensemble. Car si la danse permettait que l'on se mélange, l'on comprendrait les horreurs derrière cette discrimination, et tout cela serait insupportable. À l'image de ceux qui séparent les sexes et les races pour ne pas voir les ressemblances. Comme à l'époque où l'on jetait les esclaves par-dessus le bord des négriers sous des prétextes justifiés. Comme dans les discours expliquant l'esclavage : plus pratique et économique, exactement comme le prétend l'industrie massive de la viande, des œufs et du lait. Comme lorsqu'on envoyait les juifs dans ses abattoirs pour humains nommés camps de concentration, où certains en ressortaient sous forme de savons après avoir travailler des mois jusqu'à en perdre toutes capacités physiques utilent au bon fonctionnement de l'économie. Le spécisme formate toutes les tranches de la vie moderne, et se retrouve partout. Il refuse aux gens la capacité de voir. Heureusement, certains prennent conscience de ces horreurs. Des gens se battent pour la libération animale. En opposition au spécisme, et aussi au carnisme. Pas par amour : mais par RESPECT de toutes les créatures vivants en ce monde. Ce mouvement se nomme l'antispécisme. Il vise à la réflexion et à la conscience de la situation animale. Car l'antispécisme remet tout en question, tout comme le féminisme, l'écologie et la lutte contre le racisme. L'antispécisme est un mouvement qui englobe toutes les formes de protestation contre la discrimination. Car chaque fois que quelqu'un dit « ce n'est qu'un poulet », je peux y voir le résultat d'une mentalité spéciste qui vise à enlever tous droits à ce qui n'est pas humain.

Dessin tiré du site d'IV
Quelques citations courtes

« La grandeur d’une nation et ses progrès moraux peuvent être jugés par la manière dont elle traite les animaux »
Gandhi, La Base morale du végétarisme

« Je soutiens que l’alimentation carnée ne convient pas au genre humain. Nous avons tort d’imiter les animaux si nous leur sommes supérieurs. »
- Ganghi, La Base morale du végétarisme
  
« Auschwitz commence lorsque quelqu’un regarde un abattoir et se dit : ce ne sont que des animaux ».
- Charles Patterson, Eternal Treblinka

« On n'a pas deux cœurs, l'un pour l'homme, l'autre pour l'animal… On a du cœur ou on n'en a pas ».
- Alphonse de Lamartine 

« L’homme est véritablement le roi de tous les animaux, car sa cruauté dépasse celle des animaux. Nous vivons de la mort des autres. Nous sommes des tombes marchantes ».
- Léonard de Vinci

« Les problèmes posés par les préjugés raciaux reflètent à l’échelle humaine un problème beaucoup plus vaste et dont la solution est encore plus urgente : celui des rapports de l’homme avec les autres espèces vivantes… Le respect que nous souhaitons obtenir de l’homme envers ses semblables n’est qu’un cas particulier du respect qu’il faudrait ressentir pour toutes les formes de vie… ».
- Claude Levi-Strauss 


Des sites intéressants
http://antispeciste.org/
http://www.cahiers-antispecistes.org/
http://www.reseau-antispeciste.org/
http://antoine.comiti.free.fr/specisme/
http://infokiosques.net/antispecisme
http://antispesite.free.fr/
http://actionantispeciste.free.fr/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Antisp%C3%A9cisme

Des blogues intéressants
http://hypathie.blogspot.com/
http://unelutte-uncombat.over-blog.com/30-categorie-11075262.html
http://insolente0veggie.over-blog.com/
http://veggiepoulette.blogspot.com/

vendredi 2 décembre 2011

Club sandwich végétarien

Une autre recette de comfort food tirée du livre de recettes Végé sur le pouce de Marie-Claude Morin, animatrice de radio en Outaouais et maman gourmande. 
Ce sandwich à deux étages, idéal pour les grosses faims, s'accompagne bien d'une salade verte ou d'un riz.


Ingrédients (pour 4 portions)
Pour la marinade à tofu
  • 1 c. à soupe de tamari
  • 1 c. à soupe d'huile
  • 1 c. à soupe de vinaigre balsamique
  • 1 gousse d'ail, pressée
  • ¼ c. à thé de cari
  • Poivre, au goût

Pour le club sandwich
  • 4 tranches de tofu
  • 12 tranches de pain de blé entier (3 par personne)
  • ½ tasse (50 g) de cheddar, râpé
  • ½ tasse (50 g) de fromage de chèvre
  • Moutarde de Dijon
  • 4 tranches d'oignon rouge (tranchées minces)
  • 1 tomate, coupée en tranches
  • Laitue, au choix

Préparation
- Faire tremper le tofu dans la marinade une vingtaine de minutes avant de le faire griller dans une poêle à feu élevé.
- Entre deux tranches de pain grillé, mettre le tofu chaud entre le fromage cheddar et le fromage de chèvre, pour que les fromages soient bien fondus.
- Entre les deux autres tranches de pain, ajouter le reste des ingrédients. Couper en quatre. Faire tenir avec des cure-dents.

Astuce
Pour la marinade, je n'ai pas mis de vinaigre balsamique, car je déteste cet ingrédient pour mourir. J'ai aussi choisi de la sauce Souvenir de Kobe, sauce tamari à l'ail, pour remplacer la tamari et la gousse d'ail pressée.
Je trouvais que les tranches de tofu du marché étaient trop petites, alors j'en ai coupé huit, pour en mettre deux petites par sandwich, donc. N'hésitez pas non plus à les trancher épaisses (environ 1 cm).
Enfin, j'ai préféré mettre le feu de la cuisinière à moyen pour la grillade du tofu, pour éviter les gouttes d'huile qui éclaboussent. Un peu plus long, mais plus sécuritaire. ;)
Bon appétit!

mardi 25 octobre 2011

Faux-amis du végétarien (4) : la gélatine

   La gélatine. Ou le E441. Vous savez, ce que l'industrie met dans des la plupart des friandises, des yogourts, des céréales à déjeuner, des guimauves, des confitures, des crèmes glacées, des jus, des fromage crémeux ou même dans la gélule des médicaments. Selon le Larousse en ligne, la gélatine est une « protéine obtenue par dénaturation des collagènes de la peau et des os à la suite d'un chauffage prolongé en milieu aqueux à l'autoclave »1. Je dirais même la peau, les os et la couenne (bref, le déchets) du porc (en majorité), du bœuf, du poisson, du veau ou de la volaille.
   La gélatine est un de mes pires ennemis, je la trouve partout et dans tout. Je redouble de vigilance devant les produits sucrés ou à la texture de gelée (texture « gélatineuse »), car, bien souvent, ceux-ci en contiennent.
   Dans votre cuisine, il est toutefois possible de remplacer la gélatine par de l'agar-agar. D'ailleurs, certains produits en contiennent sous le nom de « gélatine végétale ».  Les nourritures casher et halal ne contiennent pas de gélatine porcine, mais peuvent comprendre de la gélatine bovine ou à base de poissons.

Sources
1- http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/g%C3%A9latine
http://www.supertoinette.com/fiche-cuisine/444/agar-agar-e-406.html
http://www.lepoint.fr/archives/article.php/70951
http://lorelei.blog4ever.com/blog/lire-article-166308-881429-la_gelatine_animale_est_partout_dans_notre_aliment.html
http://www.lacuillere.com/articles/21-SOSlacuillere-Quelles-sont-les
http://www.les-additifs-alimentaires.com/recherche.php?rech=g%E9latine

samedi 22 octobre 2011

Pâté chinois végétarien

Le pâté chinois, un plat traditionnel québécois, encore préparé dans la plupart de nos foyers. Je savais déjà que l'on pouvait remplacer le steak haché par des lentilles, mais je n'avais jamais tenté le coup auparavant. Prenant mon courage et des couteaux à deux mains, j'ai concocté cette petite recette inspirée de celle que ma mère préparait, d'apparence faussement banale, mais devenue si réconfortante grâce à ce goût semblable à celui de mon enfance.


Ingrédients
  •  7 à 9 petites/moyennes pommes de terre (pour une purée selon votre goût)
  • 4 tasses de lentilles cuites (sortes au choix)
  • Quelques cuillères de crème de tomates
  • 1 petit oignon, haché
  • ½ poivron vert, épépiné et coupé en petits cubes
  • 1 conserve de maïs en grains (ou 2 tasses de maïs congelé)
  • ½ conserve de maïs en crème
  • Paprika, au goût
  • Persil, séché 

Préparation
- Cuire les lentilles 20 minutes dans une casserole d'eau. Bien rincer à l'eau froide.
- Préparer une purée de pommes de terre selon votre goût.
- Cuire les lentilles, l'oignon et le poivron avec un tout petit peu de crème de tomates dans une poêle huilée (la crème doit être absorbé par les lentilles, sinon le pâté chinois n'aura pas une belle texture).
- Dans un plat en pyrex allant au four, déposer la préparation de lentilles. Puis, étendre le maïs en grains sur elle. Faire de même avec le maïs en crème. Puis, sur le dessus, en étendant bien sur le maïs, ajouter la purée. Terminer avec un peu de paprika et du persil séché sur le dessus.
- Mettre au four jusqu'à le tout soit cuit ensemble, soit environ 30 minutes, à 375°F.

Astuces
Gratiner le pâté chinois avant de mettre au four avec du cheddar ou de la levure alimentaire.
Préparer la purée avec de la margarine et du lait végétaux pour un résultat végétalien.
Manger avec du ketchup. ^^

samedi 15 octobre 2011

Sandwich de tofu aux pommes vertes épicé au cari

Une autre recette provenant du livre Le tofu pour tous de Nathalie Fradette. Un pain de blé entier (du pain en tranches au pita) contribuera à aider votre organisme à absorber les protéines contenues dans le tofu. Et si le choix d'épicer ce sandwich avec du cari peut surprendre au premier abord, dites-vous qu'après une attente d'une nuit complète au frigo, le goût s'harmonise à merveille et relève le tout à la perfection.

Ingrédients (pour 4 sandwichs)
  • ½ bloc de tofu ferme
  • 2 à 4 c. à soupe de mayonnaise
  • 1 à 2 pincée de cari
  • 1 c. à soupe de jus de citron
  • 1 pomme verte, coupée en petits dés
  • Pain de votre choix (il s'agit d'un kaiser sur la photo)
  • Luzerne (j'ai mis des feuilles de laitue romaine hachées)

Préparation
Défaire le tofu au robot culinaire. Ajouter la mayonnaise, le cari et le jus de citron (j'ai aussi ajouté la laitue). Mélanger. Ajouter les morceaux de pommes. Remplir les pains, et garnir de luzerne (si désiré). Laisser au frigo pour la nuit.

vendredi 14 octobre 2011

Quinoa au maïs sucré (vgl)

Un midi où je mangeais à la maison, mais où je devais tout de même me dépêcher, j'ai recherché une recette rapide sur la blogosphère, à base d'ingrédients que je possédais déjà à la maison (pour ne pas sortir à l'épicerie). Sur la tablette du garde-manger, une boîte d'une curieuse sorte de céréale attendait, une céréale que je n'avais encore jamais goûtée : le quinoa, un ingrédient riche en fer, en protéines et en fibres. J'ai adoré sa saveur, plus forte que le riz, et sa texture, moins granuleuse que le couscous. Après trois jours (pour m'habituer au goût), j'en raffolais.
En fin de compte, c'est sur le blogue de Vegan à Montréal que j'ai identifié la recette tant désirée : le quinoa au maïs sucré. Mieux, je l'ai trouvée en français sur le blogue de L'Acadienne végétalienne. Simple et rapide, elle se sert aussi bien en repas principal qu'en accompagnement.

Ingrédients (pour 4 portions)
  • 1 tasse de quinoa
  • 2 tasses d'eau
  • 1 c. à table d'huile d'olive extra vierge
  • 1 petit oignon, haché
  • 1 ½ tasse de maïs, frais ou congelé
  • 2 c. à table de persil, frais haché ou séché
  • Sel
  • Poivre

Préparation
- Rincer le quinoa afin d'éliminer l'amertume contenue dans les grains. Cuire dans une casserole avec le double de son volume en eau, et amener à ébullition à feu élevé. Réduire ensuite à feu doux, couvrir, et laisser mijoter environ 10 minutes, jusqu'à l'apparition des germes et jusqu'à ce que l'eau soit absorbée. À l'aide d'une fourchette, séparer les grains, couvrir et réserver.
- Chauffer l'huile d'olive dans un wok ou un poêlon, et cuire l'oignon jusqu'à ce qu'il devienne tendre.
- Ajouter le maïs, et cuire jusqu'à ce qu'il soit chaud. (J'ai pré-cuit le maïs congelé, car j'avais un petit doute sur cette étape).
- Ajouter le quinoa, le persil et un filet d'huile d'olive si désiré.
- Assaisonner au goût de sel et de poivre. Servir chaud.

Astuces
L'acadienne végétarienne propose une variante qui me semble tout aussi délicieuse. Je crois que je vais l'essayer la prochaine fois que je referai mes fonds de quinoa!
Notez aussi que le quinoa au maïs se réchauffe très bien dans une poêle, le lendemain. ;-)

jeudi 6 octobre 2011

Faux-amis du végétarien (3) : la cochenille

La cochenille est un colorant utilisé pour les jus de fruits, les sorbets, les yogourts, les sauces, les biscuits, les confitures, les conserves, les bonbons, les boissons alcoolisées, les croûtes de fromage, etc. Il y en a même dans les tissus, dans la peinture à l'huile et dans nos médicaments.
Élément déclencheur d'asthme, d'hyperactivité et d'allergies graves, sa consommation devrait pourtant être modérée.
Mais qu'est-ce donc que cette cochenille?
Hé bien...
La cochenille (Dactylopius Coccus) est un insecte présent dans notre alimentation, nos vêtements et nos cosmétiques sous les noms « extrait de cochenille » ou « colorant carmin ». Elle est utilisée dans le but de colorer nos produits de consommation en rouge, rose ou orange. Pour ce faire, les insectes femelles sont mortellement immergés dans de l'eau bouillante, puis sécher. Ou alors, les cochenilles sont tout de suite exposées à la lumière du soleil, à la vapeur ou au four. Si j'en crois mes lectures, il faut environ 155 000 insectes pour donner un kilogramme. L'extrait de cochenille est produit à partir des corps pulvérisés des insectes. Le colorant de carmin demande une plus grande préparation : les corps réduits à l'état de poudre sont bouillis dans de l'ammoniaque, filtrés, et des sels sont ajoutés à la mixture finale.
Le Pérou et les Canaries en sont les plus grands exportateurs, et la France le plus grand importateur. Au Canada, aucune loi n'oblige le fabriquant à préciser le nom du colorant utilisé.

Surprenant, non? C'est fou tout ce que l'on peut avaler dans notre ignorance. La cochenille est en général plus connue auprès des juifs et musulmans qui n'en consomment pas, du fait de son côté non cacher et haraam. Pour le reste, ce sont surtout les végétariens et les végétaliens qui en refusent la consommation, pour des questions éthiques et morales.
Connaissiez-vous son existence et son infiltration dans notre quotidien?

Sources
http://en.wikipedia.org/wiki/Cochineal (fr)
http://www.foodnet.cgiar.org/market/Tropcomm/part2c2.htm
http://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/2011/02/11/rouge-cochenille-colorant-naturelhttp://www.arrakis.es/~rpdeblas/cochinea.htm
http://www.handprint.com/HP/WCL/pigmt1c.html

lundi 3 octobre 2011

Faux-amis du végétarien (2) : le lactosérum

Poudre de lactosérum
Le lactosérum est un ingrédient dans la continuité de la présure dont je parlais au billet précédent. Également surnommé « petit lait » dans l'industrie laitière, le lactosérum s'obtient aussi par la mort d'un animal puisqu'il est la partie liquide de la coagulation du lait, coagulation effectuée par ladite présure. En effet, lorsqu'on fait cailler le lait (donc avec les enzymes coagulantes contenues dans la caillette d'un ruminant), les protéines les plus lourdes tombent au fond du récipient. Elles seront utilisées pour le fromage. Quant à la partie liquide du lait, le lactosérum, elle sera récupéré pour d'autres utilisations. Je n'ai pas la liste exhaustive des produits contenant du lactosérum. Je me contente de lire les étiquettes de tout ce qui me tombe sous la main, par défaut. Mais je peux vous dire que l'on retrouve cet ingrédient dans certaines crèmes glacées, dans des margarines, dans des cosmétiques (!), dans des fromages (et oui), des boissons (par exemple, le Rivella est à base de lactosérum) et, même, dans le Nutella. Le lactosérum voit sa popularité grandissante auprès du public à cause de ses valeurs nutritives, alors il risque peut-être d'y en avoir plus sur le marché au cours des prochaines années.

samedi 1 octobre 2011

Faux-amis du végétarien (1) : la présure

La présure est un des pires faux-amis du végétarien. Elle est présente dans plusieurs fromages ou yogourts, et pourtant, la majorité des gens ignorent son existence. J'ai moi-même appris le sens du mot présure au cours du dernier été, et j'en fus choquée. C'est d'ailleurs à partir de ce moment que j'ai commencé à me méfier de ce qu'on me vendait à l'épicerie. Et avec raison. Quand on voit la définition de la présure... Pour bien comprendre, je vous le résume dans mes propres mots : la présure sert à faire cailler le lait. Mais rien à voir avec l'image poétique du fromager projetée dans les films. La présure est en réalité une enzyme sécrétée dans l'estomac des ruminants (bovins, caprins ou ovins), et plus encore dans le ventre des jeunots, où le liquide se fait plus abondant, car il leur permet de digérer le lait maternel. Pour fabriquer son fromage, l'humain « prélève » donc la quatrième poche de l'estomac (la caillette) des veaux, agneaux et chevreaux non-sevrés, avant de la mettre à sécher et de la macérer dans une solution salée. Pourquoi ais-je mis prélève entre guillemets?  Car, pour prélever la caillette d'un ruminant, il faut tout bonnement lui enlever la vie... Le reste de sa carcasse devenant de la viande bonne pour le boucher...
Sur une note plus positive, ce ne sont toutefois pas tous les fromages qui contiennent de la présure animale. Certains contiennent de la « présure » microbienne, dont l'enzyme coagulant est tout aussi efficace auprès du fabriquant. Il est aussi possible de faire cailler le lait avec des enzymes végétales, bien que cette utilisation soit encore marginale et rare. Enfin, la présence sur le marché des fromages végétalien sans lait se fait de plus en plus grande, ce qui peut être une bonne alternative à ceux qui désire éviter non seulement la présure, mais aussi toute forme de souffrance animale.
Il suffit donc de lire avec attention les étiquettes. De mon côté, je n'achète pas en cas de doute.
Sur le net, il existe des listes de fromage sans matière animale. J'aime bien celle de Végétarisme.info.
Il faut aussi savoir que les produits sous Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) sont obligés par la loi de contenir de la présure animale.
Pour les détails, je vous invite à parcourir le web et les bibliothèques, dans le but de mieux comprendre l'utilisation de la présure animale et les méthodes pour y échapper (autres listes, fabrications de fromages artisanaux, etc).

mardi 27 septembre 2011

Les faux-amis du végétarien

Ah! La joie de lire les étiquettes et les listes d'ingrédients. Une chance que j'aime faire mes courses, car la lecture en magasin de chaque article ou presque alourdie de manière considérable mon temps d'épicerie. Mais pourquoi se donner tant de mal, alors? Outre la raison d'aimer savoir ce que l'on mange, il y a aussi la particularité toute appartenant à notre société spéciste que les matières animales se retrouvent partout et dans tout. Et ce, même dans des produits dont on n'en soupçonnait pas la possibilité. Par exemple, dans certains pains de mie, certains bonbons, certains jus de fruits, certains fromages...
Puisque personne ne désire culpabiliser devant des termes scientifiques obscures qui cachent aux profanes des indications de matières animales, je propose ici de partager avec vous ces sombres découvertes qui résident sur trop de nos tablettes d'épicerie. J'inaugure donc une nouvelle rubrique : les faux-amis du végétarien.
Mais ne l'oubliez jamais : les erreurs sont normales sur un parcours sain. Elles nous aident à comprendre la vie et le fonctionnement de notre monde. Alors relevons nos manches, et soyons à l'aise avec nos choix alimentaires, sociaux et politiques.

LES FAUX-AMIS
1 - La présure
2 - Le lactosérum
3 - La cochenille
4 - La gélatine
5- Le saindoux

jeudi 22 septembre 2011

Muffins à l'avoine et aux bleuets


Les abondantes récoltes de bleuets viennent tout juste de se terminer, et déjà les épiceries en regorgent. Je vous propose cette délicieuse recette, ni trop sucré ni trop acide, qui m'a réconciliée avec les muffins pour de bon. 

Mon homme, ancien pâtissier, les a préparé selon cette recette, en doublant toutefois les quantités (pour les réserves d'automne), que voici :

Ingrédients (pour 24 muffins)
  • 2 tasse de farine tout usage
  • 4 c. à thé de poudre à pâte
  • 1 c. à thé de sel
  • 1 c. à thé de cannelle, comble
  • 1½ tasse de flocons d'avoine
  • 1 tasse de cassonade
  • 2 œufs
  • 2 tasses de lait
  • ½ tasse de margarine fondue
  • 2 tasses de bleuets frais!

Préparation
Préchauffer le four à 375°F
Dans un bol de grandeur moyenne, mélanger la farine, la poudre à pâte, le sel et la cannelle. Puis, ajouter les flocons d'avoine.
Dans un plus grand bol, mélanger cassonade, œufs et margarine fondue.
Ajouter les ingrédients secs en alternant avec le lait et mélanger suffisamment pour que la pâte soit bien humectée.
Incorporer les bleuets.
Faire cuire 20 minutes (nous les avons mis pour une durée de 30 minutes) ou jusqu'à ce que le cure-dent ressorte propre et que le muffin soit bien doré.

Astuces
Pour la décoration, ajouter quelques pincées de flocons d'avoine sur le dessus avant de mettre au four.

lundi 19 septembre 2011

Croque-monsieur végétarien au poireau

J'ai cherché durant des mois une alternative intéressante au croque-monsieur. J'ai essayé beaucoup d'ingrédients sans succès (tofu, tomates séchées, chèvre, pesto, vinaigre balsamique...), alors que je n'avais qu'à tenter le... poireau. Délicieux, simple, et efficace!
Ces tartines partagent une succession de saveurs exquises en harmonie les unes avec les autres. Vous atteindrez la satiété avec ce plat, croyez-moi sur parole! ^^

Recette trouvée ici.

Ingrédients
  • 1 poireau, parties blanches et vertes-pâles, émincé
  • 2 c. à table d'huile d'olive
  • ½ c. à thé d'origan séché
  • ½ c. à thé de marjolaine
  • Sel et poivre au goût
  • 2 tranches du pain de votre choix
  • 1 gousse d'ail
  • 45 g de fromage Brie, en tranches
  • 1 tomate italienne, en minces tranches

Préparation 
- Laver les légumes.
- Émincer le poireau.
- À feu moyen, chauffer 1 c. à table d'huile d'olive dans une poêle ou un wok.
- Ajouter le poireau et les épices. Cuire, en mélangeant de temps à autre, jusqu'à ce que les poireaux deviennent tendres et commencent à brunir, soit de 15 à 20 minutes environ.
- (Vous pouvez profiter de ce moment pour préchauffer le four à  gril [ou broil]).
- Couper l'ail en deux, et frotter chaque mie de pain avec un morceau.
- Sur une plaque allant au four, déposer les pains. Répartir le fromage Brie sur chaque tranche, puis les morceaux cuits de poireaux et enfin les tranches de tomates. Arroser d'un filet d'huile d'olive (environ 1 c. à table).
- Si désiré, saler et poivrer au goût.
- Enfourner sur la grille du bas (environ 10 centimètre au-dessus du fond) jusqu'à ce que le fromage soit fondu et les tomates légèrement brunies (une durée d'environ 5 à 7 minutes).

Astuce
- S'il reste du poireau, il est possible de l'utiliser pour une salade de pâte au goût relevé.

vendredi 16 septembre 2011

Chili végétalien

Les légumineuses sont très importantes dans une alimentation végétarienne. Source de fer, de fibres, de glucides et de protéines, et faible en gras et sans cholestérol, elles sont également très économiques et procure une grande sensation de satiété. Pas étonnant que les légumineuses fassent partie de la cuisine traditionnelle de tant de pays! Pensons à la purée de pois-chiche (hummus) arabe, à la soupe aux pois québécoise, aux fèves au lard états-uniennes ou... au chili mexicain.


Cette recette, je l'ai trouvée sur le fabuleux blogue de Maman végétarienne du Québec, mais il provient à l'origine du site de Ricardo, un chef que j'aime beaucoup. Je l'ai modifiée quelque peu pour l'adapter aux ingrédients que j'avais à la maison, ce qui en a donné une variante végétalienne. Bon appétit!

Informations
Temps de préparation: 25 min (ça m'a pris un peu plus de temps pour tout préparer)
Cuisson: 50 min
Portions: 6

Ingrédients 
2 tasses de haricots rouges, rincés et égouttés
1 oignon, haché
30 ml (2 c. à soupe) d'huile d'olive
3 gousses d'ail, hachées finement
1 poivron rouge, coupé en dés
250 ml (1 tasse) de carottes pelées et coupées en dés
125 ml (1/2 tasse) de céleri coupé en petits dés
1 piment de chili rouge frais, égrené et haché finement (facultatif et pas mis)
Sel et poivre
250 ml (1 tasse) de maïs en grains, frais ou surgelé
1 boîte de 796 ml (28 oz) de tomates en dés (je préfère les tomates broyés pour leur texture que je trouve plus proche de celle du chili)
125 ml (1/2 tasse) de bouillon de légumes
15 ml (1 c. à soupe) de poudre de chili (j'ai mis des assaisonnements à chili par défaut)
5 ml (1 c. à thé) de cumin moulu
5 ml (1 c. à thé) d'origan séché
125 ml (1/2 tasse) de coriandre fraîche, ciselée (j'ai mis quelques pincés de coriandre moulu, un peu avant la fin de la cuisson)

Suppléments
250 ml (1 tasse) de cheddar fort, râpé (non-végétalien)
Petits pains du boulanger
125 ml (1/2 tasse) de crème sure ou de yogourt nature épais et riche (non-végétalien sauf pour le yogourt de soya)
1 lime (excellente source de vitamine c qui facilite l'absorption du fer contenu dans les haricots)

Préparation
Faire tremper les légumineuses durant une nuit entière.
Au robot culinaire, défaire grossièrement la moitié des haricots. Réserver.

Dans une casserole, dorer l'oignon dans l'huile. Ajouter l'ail, le poivron, les carottes, le céleri et le piment. Faire revenir environ 3 minutes. Saler et poivrer. 

Ajouter les haricots défaits et les haricots encore entiers, le maïs, les tomates, le bouillon, les épices et l'origan. Saler et poivrer. 

Porter à ébullition et laisser mijoter environ 40 minutes ou jusqu'à ce que les légumes soient tendres et la consistance du chili bien épaisse. Remuer de temps à autre. 

Retirer la casserole du feu. Rectifier l'assaisonnement. Verser le chili dans les bols. Si désiré, saupoudrer de fromage râpé et de coriandre. Servir avec un petit pain sur le côté de chaque bol. Si désiré, accompagner de crème sure et de quartiers de lime.

lundi 12 septembre 2011

Crème de poireaux

Selon le même principe que la crème de céleri (pratiquement un copier-coller ^^'), mais encore meilleure, voici une délicieuse crème de poireaux maisooooonnn!

Source de l'image
Ingrédients
∙Plusieurs poireaux, gros de préférence, sans les feuilles, en gros morceaux
∙Un oignon, en gros morceaux
∙Environ deux pommes de terre, en gros morceaux
∙Huile d’olive
∙Environ 500 ml de bouillon de légumes
∙Eau pour couvrir les légumes
∙Quelques feuilles de laurier
∙De la crème épaisse
∙Sel, au goût (le bouillon est déjà salé)
∙Poivre, au goût
∙Persil, à l’oeil
Pain chaud au pesto et au brie

Préparation
Couper les poireaux en gros morceaux, avec les feuilles, et enlever les extrémités.
Hacher l’oignon, en gros morceaux.
Peler et couper les pommes de terre, et les réserver.
Dans une grande casserole, caraméliser les légumes à feu doux en les faisant revenir dans de l’huile d’olive jusqu’à ce qu’ils brunissent.
Ajuster le feu à médium, et ajouter les pommes de terre, le bouillon de légumes et l'eau (un peu au-dessus de la préparation).
Laisser mijoter jusqu’à ce les légumes soient cuits, soit environ une heure. Les pommes de terre cuites indiquent en général le moment où le tout est prêt.
Passer l’appareil au mixeur électrique.
Remettre dans la casserole ou dans un grand bol, et ajouter de la crème fraîche, au goût et à la texture. Plus on en verse dans la préparation, et plus cette dernière devient liquide.
Ajouter les épices.
Verser dans des bols, et ajouter le persil.
À manger avec du pain chaud au pesto et au brie.

Astuce végétalienne
Cette recette se végétalise facilement en remplaçant la crème fraîche par de la crème de végétale, comme de la crème de soja.

dimanche 4 septembre 2011

Pesto de persil

Le pesto est un classique qui relève les pâtes, le pain ou les légumes grillés. En sauce ou en condiment, on ne peut pas s'en passer une fois qu'on l'a découvert. Cette version-ci est d'une grande simplicité, et ses ingrédients, qui doivent toujours demeurer frais, se trouvent dans toutes les bonnes épiceries.

Ingrédients
  • 1 bouquet de persil frais, grossièrement haché
  • Environ 3 gousses d'ail, hachées
  • Environ 1/3 tasse d'huile d'olive
  • Sel et poivre, au goût
  • Un peu de fromage romano, au goût

    Préparation
    Haché grossièrement le persil et les gousses d'ail. Mettre au mixeur électrique avec les autres ingrédients, sauf l'huile d'olive que l'on intègre lentement à l'appareil, en mélangeant bien.

    À manger sur une baguette de pain français grillée avec du brie.

    jeudi 1 septembre 2011

    Crème de céleri

    Il est intéressant de faire ses crèmes de légumes soi-même, on contrôle ainsi les quantités de sodium et de crème dans le repas. Toutefois, le grand avantage demeure la possibilité d’utiliser les légumes de notre choix, et de pouvoir alors utiliser les restes au fond du frigo avant de les perdre.
    Cette recette est de mon chéri qui a beaucoup d’expérience dans les cuisines de restaurants. Nous la préparons toujours à l’oeil et en grande quantité.

    Ingrédients
    ∙    Un pied complet de céleri, avec les feuilles, en gros morceaux
    ∙    Un oignon, en gros morceaux
    ∙    Environ deux pommes de terre, en gros morceaux
    ∙    Huile d’olive
    ∙    Environ 500 ml de bouillon de légumes
    ∙    Eau pour couvrir les légumes
    ∙    Quelques feuilles de laurier
    ∙    De la crème épaisse
    ∙    Sel, au goût (mais le bouillon est déjà salé)
    ∙    Poivre, au goût
    ∙    Persil, à l’oeil
    ∙    Pain ou croûtons à l’ail chaud

    Préparation
    Couper les branches de céleris en gros morceaux, avec les feuilles, et enlever les extrémités.
    Hacher l’oignon, en gros morceaux.
    Peler et couper les pommes de terre, et les réserver.
    Dans une grande casserole, caraméliser les légumes à feu doux en les faisant revenir dans de l’huile d’olive jusqu’à ce qu’ils brunissent.
    Ajuster le feu à médium, et ajouter les pommes de terre, le bouillon de légumes et l'eau (un peu au-dessus de la préparation).
    Laisser mijoter jusqu’à ce 1es légumes soient cuits, soit environ une heure. Les pommes de terre cuites indiquent en général le moment où le tout est prêt.
    Passer l’appareil au mixeur électrique.
    Remettre dans la casserole ou dans un grand bol, et ajouter de la crème fraîche, au goût et à la texture. Plus on en verse dans la préparation, et plus cette dernière devient liquide.
    Ajouter les épices.
    Verser dans des bols, et ajouter des morceaux de pain à l’ail chaud.

    jeudi 4 août 2011

    Salade de pomme verte et de céleri-rave avec graines de lin

    Tout est dans le titre! Ou  presque.

    Source de l'image
    Je n'avais jamais goûté au céleri-rave. Arrivé au Québec depuis une dizaine d'années, il demeure rare, bien que de plus en plus recherché. J'avais l'envie de découvrir ce légume-racine. Et cela, pour le découvrir... j'ai dû le rechercher dans plusieurs épiceries avant d'en trouver. Et de découvrir le prix par la même occasion. Assez élevé, le coût est amoindri par sa grande taille qui permet de le cuisiner toute la semaine. Surtout avec la recette de salade que je vous propose.

    Ingrédients (pour 1 portion)
    • 1 pomme verte, avec ou sans peau
    • ¼ (100g) de céleri-rave, pelé
    • Jus de citron
    • 1 c. à table de crème sûre, à 0% de matière grasse
    • ½ d'une petite c. à thé de moutarde de Dijon
    • Sel et poivre du moulin, au goût.
    • ½ c. à table de graines de lin, moulues
    Préparation
    Couper la pomme en fine julienne ou en petits morceaux.
    Couper le céleri-rave en fine julienne ou le râper.
    Imprégner la pomme et le céleri-rave de jus de citron afin qu'ils ne s'oxydent pas. Je conseille de faire de même avec la partie non préparée du légume-racine, à l'aide d'un linge fin imbibé.
    Dans un petit bol, mélanger la crème sûre et la moutarde de Dijon jusqu'à homogénéité. Verser sur la pomme et le céleri-rave. Mélanger.
    Assaisonner au goût. Saupoudrer de graines de lin moulues.

    Astuces
    Moudre les graines de lin au moulin à café. Décorer la salade d'un peu de graines non moulues.
    Pour 4 personnes, utiliser le céleri-rave au complet, mais que 3 pommes vertes. Ça goûterait trop la pomme, sinon.
    À servir en entrée.

    lundi 1 août 2011

    Pennes végétariens à la mode de Capri

    Pour rester dans la lignée des recettes faciles des dernières publications, voici mon plat de pâtes préféré! D'une simplicité étonnante, mais pour un résultat si délicieux et soutenant.

    Ingrédients (pour deux personnes)
    • Pennes pour deux personnes
    • Huile d'olive
    • ½ poivron (ou piment) de votre choix, réduit en purée
    • 1 petite tomate italienne, épépinée et en petits dés
    • Une dizaine de feuilles d'épinards (ou plus si désiré)
    • Poivre concassé, au goût
    • Entre 250 et 300 ml de sauce tomate de votre choix (une boite de soupe aux tomates du marché convient aisément)
    • Quelques tranches en rondelles de fromage de chèvre

    Préparation
    Cuire les pâtes comme indiqué sur l'emballage. Mais ne pas attendre qu'elles soient totalement cuite : les retirer de l'eau au stade entre al dente et tendres (environ 6 minutes). Dans la passoire, les rincer sous l'eau froide afin d'éviter qu'elles ne collent. Égoutter et réserver.

    Réduire le demi poivron en purée et couper la petite tomate italienne. Les cuire à l'huile d'olive dans une poêle jusqu'à ce qu'ils brunissent un petit peu. Un peu avant la fin, ajouter les épinards. Cuire ceux-ci jusqu'à ce qu'ils commencent à faner.

    Ajouter les pâtes à l'appareil, la sauce tomate et le poivre concassé. Saler si désiré. Avec une cuillère de bois, mélanger le tout. Cuire quelques minutes en mélangeant de temps à autre.

    Verser dans les assiettes. Déposer sur le dessus quelques rondelles de fromages de chèvre.

    Astuces
    Remplacer les pennes par des pâtes de votre choix.
    Remplacer les épinards par de la roquette (comme sur la photo ci-dessus).
    En fait, jouer avec les ingrédients et les quantités. Ajouter des épices ou des olives noires si vous le voulez! ;)

    jeudi 28 juillet 2011

    Salade rapide de pois chiches et de lentilles (végétalienne)

    Une salade rapide que je me cuisine à chaque été, en temps de canicule. Même si je me fais habituellement mes propres vinaigrettes, j'opte ici pour un mélange de sauces du magasin.
    À manger avec un petit sandwich de votre choix.

    Je la fais surtout à l’œil, mais je vais tenter de mettre des quantités précises.

    Ingrédients (pour environ 4 personnes)
    2 tasses de pois-chiches
    1 tasse de lentilles (variété de votre choix)
    2 tasses de grains de maïs
    1 carotte, râpée en minces tranches
    1 poivron rouge en petits cubes (facultatif)
    Vinaigrette italienne, à l’œil
    Vinaigrette césar (végétalienne), à l’œil

    Préparation
    Dans un saladier, mélanger les légumineuses, les grains de maïs et la carotte.
    Ajouter un peu de vinaigrette italienne, et une quantité supérieure de césar. Mélanger le tout.

    lundi 25 juillet 2011

    L'huile d'olive

    Je raffole de l'huile d'olive. J'ai découvert les vertus de cette dernière, et, depuis, je ne saurais m'en passer.

    Les propriétés bienfaitrices
    L'huile d'olive, riche en vitamines A, E et K, est reconnue pour sa force anticoagulante et antioxydante. Mais on lui accorde aussi la faculté de prévenir les troubles cardio-vasculaires, le mauvais cholestérol, la tension artérielle, l'ostéoporose et, même, certains cancers (dont celui du sein). Cette huile peut aussi soigner les ulcères, améliorer l'évacuation biliaire et intestinale et favoriser la croissance osseuse. Elle renforce également le système immunitaire, propriété sur laquelle je ne crache surtout pas. Bien entendu, il ne faut pas s'en tenir seulement à l'huile d'olive et varier dans la consommation afin de pouvoir profiter de toutes les vitamines et qualités nutritionnelles qu'offrent les différentes huiles. Bien dosée, l'huile d'olive est un trésor pour la cuisine.

    L'achat
    La meilleure huile d'olive est celle qui vous convient le mieux en termes de qualité/prix. Mais sur le rayon, la grande diversité de ce produit peut amener de la confusion. Démêlons-cela un peu.

    La variété des olives, la région, les conditions de culture, le pressage, l'embouteillage, l'entreposage et l'exportation influencent la saveur, l'arôme et le prix de l'huile.

    Huile d'olive vierge et extra-vierge
    Ces deux types d'huile partagent un traitement (la pression à froid) et des valeurs nutritives semblables.
    L'huile extra-vierge, produite en petites quantités à partir d'olives triées sur le volet, est la plus dispendieuse sur le marché, mais aussi la plus naturelle. 
    Ensuite, on commence à perdre en qualité. En dessous de l'extra-vierge, il y a donc l'huile d'olive vierge ou fine au taux d'acidité un peu plus élevé.
    On retrouve en général ces huiles dans des bouteilles de couleur foncée afin d'être protégées de la lumière qui les oxyde.

    Huile raffinée ou 100% pure
    Les huiles 100% pure sont obtenues par le raffinage industriel de mélanges huiles d'olive afin d'en équilibrer le goût et l'acidité. Un faible proportion d'huile vierge y est aussi ajoutée, pour un tout plus doux et clair que les huiles vierges et extra-vierges, mais aussi moins nutritives. Leur prix est plus abordable et leur contenant transparent.

    L'huile d'olive légère
    Ne tombez pas dans le panneau : cette huile est légère en saveur (elle ne goût rien) et en couleur, et non en matières grasses! Je ne la conseille pas du tout.
      
    La conservation
    L'huile d'olive se conserve dans un endroit sec, à l'abri de la lumière et de la chaleur. Les huiles pressées à froid se gardent mieux au réfrigérateur, car elles ont la fâcheuse tendance à rancir à un rythme rapide. Si vous faites ce second choix, n'oubliez pas de sortir l'huile avant utilisation, car elle se fige au froid, et la température de la pièce la réchauffe.

    La cuisson
    On lit ici et là que la chaleur enlèverait les bonnes propriétés à l'huile d'olive. Pire, qu'elle s'enflammerait à peine déposée sur la cuisinière. Qu'en est-il vraiment?
    En fait, l'huile d'olive résiste à la cuisson comme pas une! L’huile d’olive vierge peut supporter la chaleur jusqu’à 200°c, et l’huile non vierge peut être chauffée jusqu’à 220°c. Lors de la friture, elle ne pénètre pas les aliments frits en restant à leur surface. Si elle est surveillée comme devrait l'être toutes huiles lors d'utilisation sur une cuisinière, il n'y a donc pas de risques d'incendies. Enfin, la chaleur n'altère pas les bonnes propriétés de l'huile d'olive. Les acides gras monoinsaturés, matières végétales évitant le mauvais cholestérol au profit du bon restent de glace face au feu. La vitamine E et les antioxydants peuvent être détruites à très haute température, lors du raffinage par exemple, ou des fritures répétées. Toutefois, elle résistent plutôt bien à la cuisson à la poêle. D'ailleurs, je conseille d'utiliser l'huile d'olive pure (raffinée) lors de ce type de cuisson à la poêle, et de réserver l'extra-vierge aux salades, légumes, riz, pains, etc.

    Quelques idées
    Huile piquante pour pizza et pâtes
    Dans une bouteille, déposer deux ou trois gousses d'ail pelées, des piments forts tranchés en deux et des grains de poivre au goût. Y verser l'huile d'olive, et laisser macérer durant quelques jours.

    Huile pour une entrée de tomates 
    Trancher des tomates en belles et grandes tranches, et les arroser avec l'huile d'olive. Parfumer de feuilles fraîches de basilic. Ajouter des tranches de bocconcini.

    Huile pour le pain
    Tremper le pain dans une huile d'olive extra vierge ou vierge parfumée d'herbes fraîchement hachées (origan, basilic, ciboulette...). En y ajoutant de l'ail haché, on imite la saveur du beurre à l'ail. 

    Huile pour les légumes
    Couper en gros morceaux carottes, poivrons colorés, oignons et pommes de terre. Les étaler en une seule rangée dans une assiette allant au four. Avec délicatesse, les arroser d'un mince filet d'huile d'olive. Saler, poivrer et rehausser d'herbe telles le romarin, l'origan, le basilic et le thym. Faire griller le tout au four à 350°F environ 45 minutes ou jusqu'à ce qu'ils soient dorés et al dente.

    Huile pour les purées de pommes de terre
    Ajouter deux à trois gousses d'ail pelées et coupées en deux à l'eau de cuisson des pommes de terre. Au lieu du lait et du beurre, utiliser l'eau de cuisson et de l'huile d'olive au moment de réduire le tout en purée.

    SUPPLÉMENT (31 juillet 2011)
    J'oubliais...
    Pop corn à l'huile d'olive
    Faire cuire les grains de maïs éclaté sur une poêle, dans une bonne quantité d'huile d'olive au lieu du beurre.

    samedi 16 juillet 2011

    Quiche aux poireaux et au tofu

    Le blogue La Table Verte, connaissez-vous? Une véritable référence, selon moi. L'auteure y présente des plats végétariens du monde entier, dont cette recette de quiche, essayée par curiosité. Un régal! Je rêvais de manger une quiche de ce genre depuis des années. Si belle et délicieuse, je n'ai pas eu honte de la servir lors d'un repas familial. On m'en parle encore. ^^
    Je partage donc la recette, tout en vous conseillant de parcourir La Table Verte pour d'autres repas tout aussi délicieux.

    J'ai tenté l'expérience deux fois avec deux sortes de tofu différents : le ferme et le soyeux (mou). J'ai bien aimé les résultats, tous les deux intéressants.

    Ingrédients
    • 2 poireaux, émincés
    • Huile d’olive
    • 2 œufs
    • 250g de tofu soyeux (un paquet en somme)
    • Sel
    • Poivre
    • 1 pincée de noix de muscade
    • 1 rouleau de pâte feuilletée
    • 200g de fromage Brie

    Recette 
    Préchauffer le four à 350°F.

    Laver les poireaux, et émincer les parties blanches et vertes.
    Puis, les faire revenir dans une poêle avec un peu d'huile d'olive jusqu'à ce qu'ils soient bien cuits.

    Dans un saladier, battre les œufs, blanc et jaune compris.
    Émietter le tofu à la fourchette ou au robot culinaire et l'ajouter aux œufs dans le saladier. Mélanger cette préparation jusqu'à l'homogénéité.
    Ajouter les épices et les poireaux. Mélanger de nouveau.

    Foncer un moule à tarte. Piquer la pâte avec une fourchette, car cela évitera qu’elle gonfle lors de la cuisson. Puis verser et étaler la préparation dans le moule.

    Couper le fromage Brie. Déposer-le sur la préparation.

    Enfourner cette belle quiche pour 45 minutes.

    vendredi 15 juillet 2011

    Salade de pâtes au tofu

    Tout comme la soupe de concombre, chacun possède sa propre version de la salade de pâtes. La mienne est inspirée d'une recette provenant du livre Le tofu pour tous de Nathalie Fradette. Je l'ai modifiée un tout petit peu, car l'originale était beaucoup trop crémeuse.

    Voir l'autre recette provenant de ce livre.

    Ingrédients (pour 4 portions)
    • 3 tasses de boucles, cuites
    • 2 branche de céleri, en petits dés
    • 1 petit oignon, émincé
    • 2 tasses de tofu solide, en petits dés
    • 1 c. à table de moutarde de Dijon
    • 4 c. à table de mayonnaise allégée (ou d'aïoli)
    • 1 c. à table de sauce Chili sucrée (style Thai kitcheen)
    • Sel
    • Poivre

    Préparation
    Mélanger tous les ingrédients! \^o^/

    Astuces
    Si les pâtes en boucles sont recommandées par Fradette, il n'y toutefois rien qui empêche d'en utiliser une autre sorte.
    Un tofu au fines herbes donne un bien meilleur goût.
    Un petit radis tranché en rondelles embellit la présentation. ;)



    MODIFICATION LE 19 SEPTEMBRE 2011
    J'ai utilisé des restants de table pour créer une variante tout à fait surprenant. Il suffit de remplacer l'oignon par un demi poireau revenu dans de l'huile d'olive avec de l'origan et de la marjolaine (½ c. à thé chaque), et de rajouter une carotte ou deux, râpées. Délice assuré! :)

    mercredi 13 juillet 2011

    Soupe froide de concombre

    La canicule envahit notre été, mais aussi ma salle à manger! À chaque année, je profite des grandes chaleurs estivales pour cuisiner des gaspachos et des soupes froides.
    Facile à préparer, cette soupe exige à peine cinq minutes de notre temps. On se retrouve à la toute fin avec un plat froid, léger et vitaminé.
    Parfait pour une entrée!

    Souvent, les gens mélangent de la menthe avec le concombre dans ce genre de soupe, mais comme je n'aime pas cette plante, je propose de la ciboulette. Et comme le goût du Brie donne une saveur toute particulière à ce plat, je cuisine à partir de ce fromage. 
    Je vous offre ici une recette de base pour cette soupe, mais comme elle permet une palette infinie de variations, alors ne vous gêner pas pour ajouter (ou changer) d'autres ingrédients : yogourt nature, fromage blanc, chèvre, parmesan, romano, menthe, aneth, tomate, melon d'eau, huile d'olive, bouillon, croutons de pain, crème fraîche, etc.



    Ingrédients (pour 2 personnes)
    1 concombre complet, pelé et épépiné.
    200g de fromage Brie, sans croûte
    4 ou 5 c. à soupe de lait ou de crème
    150 g de yogourt nature (optionnel)
    1 à 2 gousses d'ail, hachées
    Sel
    Poivre
    2 c. à soupe de ciboulette, séchée ou fraîche



    Préparation (environ 1h10)
    Mettre tous les ingrédients, exceptée la ciboulette, dans un mixeur et réduire en purée.
    Transposer dans deux petits bols.
    Laisser reposer dans le frigo durant une à deux heures.
    Saupoudrer de ciboulette, une cuillère par assiette.
    Déguster! ^^

    lundi 11 juillet 2011

    Fruits et légumes de saison

    Manger des fruits et légumes de saison est bénéfique non seulement pour notre santé, mais aussi pour l'environnement.


    Notre corps, paraît-il, s'est adapté au fil de son évolution aux aliments de son environnement, et les besoins de l'organisme correspondent à divers nutriments disponibles dans cette nourriture.

    Les fruits et légumes importés ont souvent été cueillis avant maturité afin de permettre qu’ils ne s’abîment pas trop durant le transport. Or cueillir les végétaux avant leur maturité fait en sorte qu’ils ne sont pas à leur plein potentiel vitaminique... Des études ont démontré que les fruits et légumes cueillis avant maturité étaient moins riches en vitamines, minéraux et certains composés antioxydants. Les fruits et légumes du Québec, eux, sont généralement cueillis à pleine maturité. À vous de bénéficier de leur saveur et de leur plein potentiel vitaminique!
    - Source

    La nourriture saisonnière, et encore plus locale, pollue beaucoup moins : son transport restreint et sa conservation réduite en pesticides prennent une teneur plus écologique. Sans parler des retombées économiques pour les producteurs nationaux.

    Selon l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), les fruits et légumes du Québec auraient moins de résidus de pesticides que les fruits et légumes importés. Une autre bonne raison de favoriser les produits d’ici!
    En plus des arguments « santé », les fruits et légumes du Québec sont aussi avantageux pour l’environnement. En effet, pourquoi faire parcourir de milliers de kilomètres à nos fruits et légumes alors qu’il en pousse de délicieux tout près de chez nous? En plus de manger plus frais et plus santé, on évite la production inutile de gaz à effet de serre engendrés inutilement pour le transport des aliments.
    Aussi, en optant pour des fruits et légumes cultivés localement, on encourage les producteurs d’ici et on favorise l’économie québécoise
    - Source

    Pour connaître la disponibilité des fruits et légumes de saison, mais aussi les bienfaits des produits locaux, je vous invite à visiter ces sites riches en informations sur le sujet. ^^

    L'Association des jardiniers maraîchers du Québec (les mêmes tableaux sont aussi disponibles ici) : indique les mois de disponibilité des fruits et légumes du Québec.

    Les fruits et légumes du Québec - à volonté : une initiative du Gouvernement du Québec pour connaître la disponibilité et la durée de conservation des fruits et légumes.

    Toujours le bon choix! : un autre projet du gouvernement afin de favoriser les aliments naturels de chez nous. Plus que des légumes, le site parle aussi des poissons, fruits de mer, viandes, fromages et vins.

    Mangez Québec : de l'information sur les aliments locaux.

    Équiterre : afin de trouver des initiatives de circuits alimentaires dans votre coin de pays.

    samedi 9 juillet 2011

    Aïoli

    L'aïoli, mot qui résulte de la contraction d'ail et d'oli (huile en provençal), est une célèbre sauce provençale, dont cette version pourrait s'apparenter à une sorte de mayonnaise à l'ail.

    Traditionnellement composée d'ail et d'huile d'olive, deux liquides non miscibles réunis par le jus de l'ail, l'aïoli moderne offre la possibilité de rajouter un autre liquide afin de  mélanger ces deux substances. Souvent le jus de citron ou un œuf. Ici, je fais le mélange des deux, pour une saveur agréable dans le résultat final.

    L'aïoli peut se manger en trempette avec des crudités, en vinaigrette onctueuse dans les salades ou en mayonnaise qui relève le goût des sandwich. Il accompagne bien les œufs cuits durs, les pommes de terre, mais aussi les fruits de mers et les poissons.

    Par exemple, pour des Pommes de terre à l'aïoli, couper celle-ci en rondelles, les cuire telles quelles et, dans l'assiette, les recouvrir de sauce.


    Ingrédients (pour 1 tasse, 250 ml)
    • 1 jaune d'oeuf
    • 1 c. à thé (5 ml) de jus de citron
    • 2 gousses d'ail, hachées
    • ½ tasse (125 ml) d'huile d'olive
    • Sel
    Préparation (environ 10 minutes)
    Dans un bol, fouetter à l'aide d'une fourchette le jaune d’œuf, le jus de citron et l'ail.
    Tout en fouettant vigoureusement avec une cuillère, incorporer l'huile d'olive en un (très) mince filet. La sauce s'épaissira au fur et à mesure. Elle prendra la consistance onctueuse de la mayonnaise.
    Saler. Terminer à la fourchette pour une meilleure circulation d'air dans la sauce.

    Astuces
    Pour la première fois que vous ferez de l'aïoli, je vous conseille de vous faire aider par quelqu'un lors de l'incorporation de l'huile d'olive. C'est plus facile à deux. ;-)

    La tradition provençale veut que l'on prépare cette recette au mortier ou au pilon, mais l'astuce avec la fourchette/cuillère convient très bien. ^^

    L'aïoli se conserve quelques jours au réfrigérateur.

    mardi 5 juillet 2011

    Omurice (Omelette au riz à la japonaise)

    Une omelette japonaise avec des ingrédients occidentaux? Remercions la cuisine fusion, car, oui, c'est possible!
    L'Omurice, contraction d'omelette et de rice, offre de multiples possibilités créatives, mais je vous partage ma version.

    Ingrédients (pour 2 personnes)
    • 2 tasses de riz japonais
    • 1 c. à thé d'huile
    • 2 carottes, en minces tranches
    • 1 petit oignon, émincé
    • 1 tasse de tofu dur, en petits dés
    • 1 c. à thé de jus de citron
    • 2 œufs
    • Quelques cuillères de lait de soya
    • Sel
    • Poivre
    • Une pointe de ketchup

    Préparation
    Faire cuire le riz dans une casserole. Réservez.
    Durant ce temps, dans un wok ou une poêle huilé, bien cuire les carottes, oignons et le tofu.
    Ajouter une cuillère de jus de citron vers la fin de la cuisson.
    Mélanger ensuite dans la casserole avec le riz.
    En remplir deux assiettes.

    Dans un bol, briser un œuf, le fouetter, puis ajouter un petit peu de lait de soya, du sel et du poivre.
    Dans une poêle, cuire l'omelette jusqu'à ce qu'elle soit prête.
    Déposer sur le riz de la première assiette.
    Recommencer pour l'autre œuf.

    Couvrir le sommet des omelettes avec une pointe de ketchup.
    Déguster. :)

    lundi 4 juillet 2011

    Pizza aux pommes et au fromage

    Une recette découverte dans un vieux livre de cuisine des chefs Claudette et Marie-Josée Taillefer, légèrement adaptée par mes soins.


    Ingrédients
    2 c. à table (30 ml) d'huile d'olive
    1 c. à table (15 ml) de beurre allégé ou de margarine
    1 oignon moyen, émincé
    Sel
    Poivre
    1 pomme, non pelée, épépinée et tranchée
    Plusieurs tranches de fromage d'Oka, sans croûte
    Pain de pizza

    Préparation
    Préchauffer le four à 450 °F. Huiler une plaque à biscuits ou à pizza.

    Fondre les morceaux d'oignons dans 1 c. à table (15 ml) d'huile d'olive et le beurre, à feu doux, juste pour dorer. Saler et poivrer. Réserver.

    Déposer la pâte sur la plaque. Badigeonner avec le reste de l'huile.
    Déposer les oignons sur la pâte, et répartir les pommes sur eux. Déposer le fromage sur cette garniture.

    Cuire au four 10 à 15 minutes.

    Astuces
    Remplacer l'Oka par du fromage Brie ou du St-Paulin.

    dimanche 26 juin 2011

    Nourriture : pauvreté, élitisme et juste milieu

    J'en parlais dans mon tout premier billet.
    Dix mois plus tard, j'ai envie d'aborder le sujet à nouveau : le concept de ce blogue.

    Dans mon message de bienvenue, je parlais d'économie de coût par rapport à la cuisine santé :
    Je me suis réservée ce petit coin du web afin de réaliser un petit souhait : parler d'une cuisine végétarienne accessible à tous les portefeuilles, diversifiée et bonne au goût.
    Parce qu'il n'y a pas de raison pour la mère monoparentale de ne pas manger un repas santé avec ses trois enfants.
    À trop d'endroits sur la toile, on prétend que pour manger bio et/ou végétarien, il faut y mettre le prix.
    Je ne suis pas d'accord avec cela. En fait, j'en suis effarée.
    Oh bien entendu, les aliments biologiques et locaux coûtent plus chers que la moyenne. Je ne le nie pas. Mais doit-on vraiment hypothéquer sa maison pour des courges? L'imagination et l'audace réduisent de manière considérable le coût d'une recette, et le nombre de sacrifices.

    J'ai envie de rajouter quelque chose maintenant. Une raison de plus d'enrichir cet espace virtuel.
    À force de discuter avec des gens d'un peu partout et de plusieurs origines sociales, j'ai vraiment réalisé jusqu'à quel point la nourriture est pré-fabriquée en Amérique du Nord. Les aliments pures existent à peine, et pour les trouver, il faut chercher longtemps. Et sortir le portefeuille. Sans parler de l'absence de diversité.
    De plus, les prix sont exorbitant par rapport au salaire moyen.
    Disons que selon les chiffres, dans ce pays, le tiers des enfants connaissent la pauvreté, et dans cette province, presque la moitié des ménages vivent sous le seuil de la pauvreté. Ouch!
    Et si on jette un coup d’œil sur les prix en épicerie, on se rend compte qu'il coûte moins cher d'acheter des boîtes de céréales géantes que de petits légumes. En fait, plus la nourriture est saine (légumes, grains, fruits, etc), plus son coût est élevé, et vice-versa pour la malsaine. Oui, un sac de croustilles à saveur de pizza coûte trois fois moins cher qu'un melon.
    La cuisine locale (voire nationale) coûte les yeux de la tête, au point où l'on entend souvent parler de pêcheurs qui ne possèdent pas les moyens de manger leurs propres poissons, se contentant de bâtonnets panés!
    Et la grande majorité des aliments européens vantés sur le net n'existe tout simplement pas ici.

    D'un autre côté, les élites de ce monde vantent la « bonne » bouffe.
    J'en parlais un peu sur mon autre blogue, mais dans un billet cinéma.
    De nos jours, il existe une sorte de démocratisation de la nourriture, toutes les classes sociales ayant accès à des blogues culinaires, à des émissions de télé consacrées aux recettes saines, à des conseils gratuits de grands chefs, à des livres de cuisine à bas prix et en quantité industrielle. Tout le monde a entendu parler de la bonne cuisine et des repas santé. Mais cela reste très récent dans l'histoire de l'humanité, peut-être que cela remonte à dix ou quinze ans tout au plus. Oui, vous avez bien lu : la culture culinaire des élites est désormais accessible au peuple! D'ailleurs, beaucoup d'entre eux le « dénoncent ». Que veut-on : les élites se plaignent du supposé manque de culture du peuple, et dès que le peuple apprend la « grande » culture de l'élite, cette dernière se plaint encore...

    Les gens n'ont donc pas accès à cette nourriture, et ce, pour des raisons financières ou de disponibilité du produit, et en sont culpabilisés par des élites qui les regardent d'un mauvais œil, bonne nourriture ou non...

    Il faut comprendre la raison première de cet attachement des élites envers la nourriture santé.
    Si manger « bien » et « bon » coûte cher, les gens ordinaires ne peuvent donc pas se le permettre. Et si ces derniers ne mangent que les cochonneries accessibles à leur tout petit budget, ils prennent du poids.
    Un raison de se distinguer de la masse consiste donc à être mince, en mangeant santé... et/donc cher.
    Et si je vous disais que jamais une étude a réussi à prouver qu'un surplus de kilos « raisonnable » (je ne parle donc pas d'obésité maladive) n'était en rien nocif pour la santé? L'ironie veut donc que l'obsession maladive de la minceur-santé découle bel et bien de la mentalité d'une élite désireuse de se distinguer à tout prix du reste de la population.
    Il ne faut donc pas culpabiliser parce que le fromage de chèvre est trop cher cette semaine. Une autre viendra. En ne se plaçant pas en état de torts devant la nourriture, celle-ci goûtera meilleur. On ressent alors moins le besoin d'empiler les excès ou la malbouffe bourrée d'endorphines pour compenser une quelconque mauvaise conscience. Et on décide de remplacer le fromage par une pomme rouge au lieu des sempiternelles chips. La nourriture est aussi un état d'esprit.

    Vous savez quoi? Il est possible de manger de façon saine malgré tout. Sans culpabiliser parce que ces fichues figues importés coûtent plus cher qu'un repas au restaurant.
    Voilà, je pense, la raison qui me motive à entretenir ce blogue. Trouver des façons économiques de bien manger avec des ingrédients accessibles que l'on n'est pas obligé pas commander en France ou en Chine.
    Et si les boîtes de céréales sont aussi grandes que des petits meubles, pourquoi ne pas s'en accommoder, et cuisiner à partir de ce type d'ingrédient? ;)

    Je tiens aussi à remercier tout ceux qui m'ont écrit des mots positifs, m'expliquant que les recettes partagées correspondent à ce qu'ils recherchaient, c'est-à-dire des recettes à la fois simples, accessibles, économiques et délicieuses.
    Cela me conforte dans les choix effectués pour ce blogue. :)

    Sur ce, je vous souhaite à tous un bon appétit et de merveilleux moments autour de la table! ^^

    Link Wink

    Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...